Docteur CELDRAN Johann. Copyright © Tous droits réservés..
Accueil.Bases physiques.L'imagier.Formulaires.Cotations.Nous contacter.
Recherche par mot clé sur notre site :

 

Coupe sagittale imageant la face externe d’une côte sous la forme d’un arceau hyperéchogène à concavité interne générant un cône d’ombre pur .

 

La face externe des côtes apparaît sous la forme d’arceaux hyperéchogènes (échos de réflexion), à concavité interne, générant des cônes d’ombre pur. On rappelle en effet  ici que les structures osseuses (comme les structures cristallines) provoquent un cône d’ombre pur essentiellement par suite d’une absorption intense. L’hyperéchogènicité (la réflexion) de la surface osseuse n’est pas le facteur principal de l’atténuation du faisceau ultrasonore : l’ombre d’une lithiase ou du tissu osseux est une ombre pour l’essentiel d’absorption.

 

Les muscles intercostaux internes et externes occupent les espaces intercostaux. Les muscles intercostaux externes n’occupent les espaces intercostaux que jusqu'aux jonctions costo-chondrales en avant. Plus antérieurement, en regard des cartilages costaux, les fibres musculaires sont ainsi remplacées par la membrane intercostale externe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’image...

Cliquez sur l’image pour la voir en pleine page.

Docteur CELDRAN Johann

Coupe thoracique sagittale réalisée sur la ligne axillaire moyenne et imageant un espace intercostal (sonde de 7.5 MHz) :

  1. Muscle intercostal externe
  2. Muscle intercostal interne
  3. Corps d’une côte et son cône d’ombre
  4. Vaisseaux intercostaux

Coupe similaire à la précèdente  mais avec une sonde de 14 MHz) :

  1. Muscle intercostal externe
  2. Muscle intercostal interne
  3. Corps d’une côte et son cône d’ombre

 

:Coupe thoracique sagittale (cranio-caudale) antérieure réalisée en parasternal droit. Le muscle intercostal interne est toujours bien visible (2) , mais le muscle interconstal externe a laissé place ( depuis la jonction costo-chondrale) à la membrane intercostale externe (1). Notez le caractère plus faiblement atténuant des cartilages costaux (3) en comparaison aux corps osseux costaux : il en résulte des cônes d’ombre moins marqués et une surface postérieure parfaitement imagée.